Article


Accueil du site > Communiqués > Confrontation plutôt que concertation ?

 Confrontation plutôt que concertation ?

lundi 13 janvier 2014

Depuis le net rejet (55.7% de non) du projet du Creux-de-la-Terre, le maire de Delémont utilise chaque occasion pour se lamenter et fustiger les opposants qui ont enterré son bébé. Le ton est accusateur et revanchard contre ceux qui ont appelé publiquement à voter non. Deux exemples.
Lors de la dernière séance du Conseil de ville, deux opposants connus ont posé des questions orales concernant l’une le manque de médecins généralistes à Delémont, et l’autre une coopérative venant au marché proposé du café équitable et bio. Dans les deux cas, le maire a terminé sa réponse par une auto-satisfaisante allusion au refus du Creux-de-la-Terre. Pire, lors de cette même séance, un conseiller de ville, bon et loyal serviteur du maire, a utilisé une réponse à une question écrite concernant le prix des entrées au spectacle « Révolte aux jardins » pour parler de « proposition digne d’un pays totalitaire », et attaqué personnellement l’auteur de la question sur un projet professionnel. Désolant. Un téléguidage indigne d’un élu.
Le 20 décembre, le maire reprend ses pleurnicheries et ses attaques dans les colonnes du Quotidien jurassien. Il s’en prend une fois de plus à ceux qui ne s’alignent pas systématiquement sur ses propositions. Outre les voisins, les « milieux de la gauche contre le développement » ont enterré le projet. Comme seul le groupe CS-POP-Verts s’est opposé à ce dézonage, c’est clairement lui qui est visé. Un discours repris récemment dans un courrier de lecteur par le suppléant au chef de service a.i. du service jurassien de l’économie, qui, en toute indépendance, déclare que « les Delémontains n’aiment pas les riches », ou que « la lutte des classes est décidément encore bien ancrée dans certains esprits chagrins de notre ville ». Quelle finesse d’analyse. Il semblait pourtant qu’avec des logements à loyers modérés et de l’habitat groupé, le Creux-de-la-Terre ne s’adressait pas exclusivement à des riches. Mais ce haut fonctionnaire cantonal en savait peut-être plus que nous sur le projet final.
Par cette recherche de responsables, on conteste simplement le fonctionnement de la démocratie. Je le regrette, mais CS-POP-Verts ne représente pas 55% de l’électorat delémontain. Lors des dernières élections au Conseil de ville, 410 électeurs (13% d’entre eux) ont déposé dans l’urne une liste avec en-tête « CS-POP-Verts ». 2’645 personnes ont dit non au Creux-de-la-Terre. C’est flatteur de nous attribuer une telle influence, mais ce n’est qu’un moyen de mauvais perdants pour cacher leurs responsabilités dans cet échec.
Parmi les affirmations du maire intéressons-nous à la fiscalité. 300 nouveaux ménages entraîneraient des rentrées fiscales supplémentaires de 2 à 4 millions par année assure le maire. Mais quand ? Le message au peuple parlait de 30 familles en liste d’attente pour obtenir un terrain. Il y était précisé aussi que le Creux-de-la-Terre devait répondre aux besoins pour 10 ans. Pour autant que ces estimations reposent sur un minimum de chiffres vérifiés, ces rentrées fiscales n’allaient pas être immédiates, et n’allaient pas permettre le remboursement rapide des investissements nécessaires à l’aménagement du secteur. Le développement démographique n’assure pas forcément une amélioration des finances des collectivités, à Delémont comme à Fribourg. Le maire le rappelle chaque fois qu’il le peut, depuis son arrivée, la population a augmenté de quelque 600 à 700 habitants. Pourtant, notre ville éprouve des difficultés financières toujours plus importantes. Le mécanisme « plus d’habitants = plus de ressources » n’est pas automatique.
On ressent depuis quelques années à Delémont la volonté de privilégier la confrontation à la concertation. On peut faire l’inverse. Les autorités en place en sont capables. Le seul risque que l’on prend dans cette voie est de passer plus de temps à la recherche de solutions, mais aussi de voir notre ville se développer plus harmonieusement, avec le soutien du plus grand nombre. Ce n’est qu’une question de volonté politique pour y parvenir.

Rémy Meury, Delémont,
Ancien conseiller de ville puis conseiller communal

CS*POP  |   info@cspop.ch  |   Dernière mise à jour: le 24 avril 2017

SPIP | Se déconnecter ] | | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Visite